LA VENDEUSE DE FRUITS

Hier, au feu de Las Palmas (deux plateaux-aghien), j'ai vu une vendeuse de fruits en train de danser au bord de la route, c'était tout simplement magique ! Elle n'exécutait certes pas les pas de danse à la perfection et ne maîtrisait aucunement les paroles de la chanson (Kukere de Iyanya), mais l'expression de son visage, de son corps (les phases) semblaient vouloir dire : " Sentez vous libre de me regarder et de rejoindre le mouvement, c'est le début du week-end, on fait les fous et on s'en fout "... 

Ses gestes, son attitude, son sourire, comme une invitation à la suivre, à s’évader, à se laisser aller, oublier ses problèmes, juste l'instant d'une danse, après elle redeviendrait surement la vendeuse de fruits, assise au bord de la route attendant patiemment l'heure de la rupture du jeune..

Je me suis arrêtée, un instant, pour l'observer, ne cessant pas de me dire intérieurement " si elle pouvait voir ce que je vois ou ne serait-ce que le ressentir, jamais elle n'arrêterait  de danser, au bord de la route.."

Stéphane K. a dit : "c'est juste ça être heureux... ça n'a rien à voir avec être riche"

Roland P. a ajouté : "ce genre de moments devraient durer ou au moins, on devrait se les accorder plus souvent "